Les Ephémères Index du Forum
Les Ephémères
Bienvenue à toi dans l'antre des Ephémères, viens partager des tonneaux d'hydromel avec nous!
 
Les Ephémères Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: LEs HS des chroniques n`1 ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Ephémères Index du Forum -> Les Ephémères - Partie Publique -> Les Chroniques d'Athéras
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lapin
~EPHE~

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2011
Messages: 45

MessagePosté le: Mar 1 Mar - 20:22 (2011)    Sujet du message: LEs HS des chroniques n`1 Répondre en citant

Comme toutes les histoires, il serait avisé de commencer par il était une fois, dans un pays lointain un très beau prince, mais voila, il faut regarder la réalité en face, l’homme (enfin il le prétend et je n’irai pas vérifier) que l’on nomme Aaarrrggghhh (notez la simplicité de la langue française) habite dans le sud ouest et est tout sauf beau. (Il est dans l’alliance de Rivit. On dit que ce qui se ressemble s’assemble… coïncidence ? Je ne crois pas)

Donc l’action se déroulait dans un lieu simple et paisible. Un lieu où le temps lui-même semblait ralentir. Témoin de puissants foulants le sol du monde des hommes, ce lieu maintenant devenu mythique abritait les plus grands esprits de féroces guerriers avides de puissance et de  conquêtes sanglantes. Les alliances politiques de ces hommes que l’on pouvait appeler monstres se faisaient et se défaisaient aussi vite que  se perdait la virginité des enfants de cœurs dans une église catholique.

Dans ce que l’on pouvait sans difficulté nommer ring, les candidats aux massacres se mettaient en place. Partout autour, des bêtes avides de sensations fortes se disputaient la place. Les paris sur le gagnant furent lancés. Les enchères montèrent plus vite que la pression arterielle d’un moine tombant sur la sex-tape de Paris Hilton.

Le duel final entre les deux protagonistes touchait bientôt à sa fin. Argh affichait un petit sourire satisfait, fier de la longueur d’avance qu’il possedait sur son adversaire. Le gong retentit. Les deux hommes se regarderent droit dans les yeux. Argh ouvrit les hostilités et enchaina avec une doublette gauche-droite. Son adversaire légèrement sonné recula, mais se redressa aussitôt en serrant les dents.
-    Hors de question rugit-il ! Hors de question que je me fasse bouffer par ce trouffion.
Joignant le geste à la parole, il lanca un de ses atouts, empêchant par la même occasion toute riposte possible. Fulminant intérieurement et crachant quelque chose qui semblait se perdre entre malédiction et invocation de Britney spears, il laissa l’action venir à lui. Son adversaire afficha un grand sourire. Se détendant de tout son long, il jeta son corps couvert de sueur et crispé par l’effort en avant
-    T’as pas dis Uno Argh !
-    Putain.

Ne pouvant empêcher la pioche, même en trichant de toute son âme, et Dieu seul sait que pour tricher il avait une âme. Le duel fut vite terminé. Au fond de lui quelque chose se brisa. Il ne pouvait pas supporter une telle humiliation, lui qui au cours de sa vie n’avait connus que gloires et victoires. Comment pouvait-il tomber si bas. Il jeta un regard chargé de haine à son adversaire. Il le voyait s’emparer de ses précieux trésors. Outre son marteau de guerre en plastique qui faisait « couic-couic » en frappant le crane de ses ennemis en pleins combat, comment avait-il put perdre son saucisson fait main roulée sous les aisselles ? Un monstre de gastronomie qu’il avait fait sécher avec amour dans un caleçon sale.

Refusant de céder au désespoir, il se releva a toute vitesse et se rua sur son adversaire, attrapant au passage un outil désormais indispensable. Machine flambant neuve et prête, il s’élança a la poursuite de sa cible. Voyant Argh partir Avalon prit littéralement ses jambes à son cou. Usant de toute sa puissance motrice, il bondit de sa chaise et se précipita sur la porte, comme un homme pris d’une diarrhée fulgurante se jetterai sur la porte des toilettes.

L’image trembla un court instant avant de se figer définitivement. Un homme marchait tranquillement devant l’écran.
« Bonjour a tous, mon nom importe peu, mais sachez que je suis l‘un des scénaristes. La feuille que je tiens dans la main est le script de la scène qui va suivre.
La scène qui suit est encore aujourd’hui considérée par les experts comme la plus violente et la plus impressionnante scène de course poursuite de tous les temps. Pour des raisons de sante publiques et morales, nous vous conseillons très fortement d’éloigner d’ici les enfants de moins de 32 ans, les ours en peluches, les canards en plastiques et les brosses à dents. »
Sans ajouter un mot, l’homme sortit et la scène reprit.

Poursuivant Avalon, Argh laissa exploser sa rage, se lançant sans attendre a sa suite, il manqua de peu de percuter un chat errant. Utilisant son radar de l’armée martienne monté en série sur le couteau suisse de Mc Guyver,  il retrouva sa trace et se colla dans on sillage.

Tentant de fuir le monstre a ses trousses Avalon prit la direction de la sortie. Mais le doux objectif était loin. Il lui faudrait faire preuve de ruse et de courage. Soudain, une solution lui apparut clairement. L’ascenseur. S’il parvenait à l’atteindre, et surtout à bloquer la porte du couloir y menant, il pourrait alors gagner un temps précieux. Il sentit son les battements de son cœur lui déchirer la poitrine. Elle se soulevait difficilement, peinant a suivre le rythme de l’effort qu’il devait fournir. La porte se rapprochait lentement à chacune de ses foulées. Plus que quelques mètres. Ignorant la douleur de ses poumons, il ferma la porte, enfin essaya. La vue de son adversaire le figea. Il mit plusieurs secondes à s’en remettre, temps qu’Argh avait utilisé à bon escient pour se rapprocher dangereusement du lieu de retraite de sa cible.

Argh jubilait. Ce vil cloporte était terrifié par sa simple présence, sa toute grande magnificence. Une fois qu’il l’aurait attrapé, il prendrait un malin plaisir à se venger et à le faire souffrir. Alors, pour se donner du courage, il pensa à sa future victime et hurla.

Le hurlement et l’haleine parvinrent à tirer Avalon de sa torpeur. Il reprit ses esprit et ferma la porte aussi vite qu’il le put, mais Argh était bien présent et tendit la main. La peur rendait la porte d’une lourdeur peu commune, et plus le temps passait, et plus Avalon sentait au fond de lui qu’il ne pourrait pas y arriver à temps. Chaque pas pesait sur toute son âme. Peu a peu, la fente laisse par la porte entrouverte se refermait, mais bien top lentement a son gout. Il pouvait le voir, il pouvait le sentir arriver, enfin surtout ses chaussettes, mais ca ne changeait rien a la situation qui empirait d’une façon exponentielle.

Il allait l’avoir, mais au moment où il crut que sa main allait se refermer sur sa cible, le roux s’écrasa sur la porte désormais close.
Avalon était plongé dans le plus noir des pétrins. Il savait que la porte ne tiendrait pas longtemps et que le nain borgne, hideux et roux qui en voulait à sa vie allait bientôt parvenir à forcer la porte. Il eut encore le frisson en repensant à l'effroyable grimace du malandrin, et, la main tremblante, fouilla dans sa poche pour en sortir la clef de l’ascenseur. Le sort devait s'acharner, car il éprouva les pires difficultés à actionner ladite clef dans ladite serrure. Le temps passait avec rapidité, à tout moment l'horrible vilain de petite taille pouvait lui tomber dessus. Finalement, au moment précis où il entendit la foulée rapide et saccadée d’Argh retentir, la porte s'ouvrit. Sans attendre, il se jeta dans la tour de verre.

Il avait eut toutes les peines du monde à ouvrir cette fiche porte.

-    Rahhh tempêta t-il je suis sur que ce fourbe double d’un lâche a du la bloquer avec quelque chose.
Voyant doucement ca cible s’enfoncer et lui échapper, il appela lui aussi un ascenseur, mais avant qu’il ait pu attraper sa clé, la porte s’ouvrit. Il s’y engouffra avec une ardeur redoublée, éjectant par la même occasion une famille de canard en plastiques en visite.
Le fuyard maudit sa malchance. Il était déjà a ses tousses. Il pouvait le voir à travers la cage de verre. Le roux le toisait de toute la hauteur de ses splendides talonnettes, le regardant fixement, un doigt dans le nez, à la recherche d’une quelconque source d’énergie. Ce qui sembla être une éternité s’écoula plusieurs fois. La pression d’une mort imminente rendait les pas d’Avalon si lourds qu’il lui semblait être enchainé au sol même.

Le « ding » libérateur se fit entendre. Ne perdant pas de temps à regarder en arrière, la future victime se rua l’extérieur.
La fin était proche, les deux protagonistes le savaient. Seul le plus endurant des deux y survivrait. Argh diminuait la distance. Il allait le rattraper. Malheureusement, une trop grande confiance pouvait amener les plus grands hommes, et les plus petits aussi à commettre des erreurs. Dans sa précipitation, il ne vit que trop tard ce qui allait causer sa perte. Coupant à travers une rue parallèle pour tenter de couper la route d’Avalon, il ne vit que trop tard le mouton garé en double file sur la chaussée. Pendant un court instant, la haine se changea en une terreur pure. Pour sa survie, il devait éviter un choc direct avec ce monstre. Appuyant de tout son poids, il parvint malgré sa vitesse à changer sa trajectoire, mais il était déjà trop tard. Il assistait impuissant a la scène. Se rapprochant, mètre par mètre, il allait quand même percuter le mouton. Abandonnant tout espoir il leva les mains et poussa un très viril cri de fillette, un splendide contre ut qui aurait rendu jaloux Botticelli lui-même.

Le choc fut d’une violence sans précédent. Pourtant dans ce qui pouvait ressembler a un ultime coup de bol, il percuta le mouton de coté. La peinture de son déambulateur de compétition en prit un coup. S’efforçant de garder au maximum le contrôle du déambulateur lance a pleine vitesse, il heurta de plein fouet un gorille de déménagement en train de se garer sur la chaussée. Le choc ne fut pas mortel pour le gorille, mais cela suffit à le déséquilibrer et il perdit son chargement qui tomba sur le sol.
Et la, ce fut le drame…
_________________
Si l'Enfer existe, alors il est sur Terre.


Dernière édition par Lapin le Mar 1 Mar - 20:57 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 1 Mar - 20:22 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Argh
[M]

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2011
Messages: 118
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Mar 1 Mar - 20:47 (2011)    Sujet du message: LEs HS des chroniques n`1 Répondre en citant

<3
<3
<3
<3
<3
_________________
Avant j'était Skyzophrène.
Maintenant,nous allons Mieux!
Revenir en haut
Isa
Etrangers

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2011
Messages: 75
Localisation: Lille

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 14:00 (2011)    Sujet du message: LEs HS des chroniques n`1 Répondre en citant

c'est encore mieux que des VDM xD
_________________
L'amour pour épée l'humour comme bouclier (B.Werber)
Revenir en haut
Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:37 (2018)    Sujet du message: LEs HS des chroniques n`1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Ephémères Index du Forum -> Les Ephémères - Partie Publique -> Les Chroniques d'Athéras Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com